Art Africain info, l'actualité de l'art africain

     

Art africain, qui était Paul Guillaume?

                                                                                                                                            

Histoire d'un marchand d'art.

Né à Paris au domicile familial en 1891. Il est engagé, à la mort de son père dans un garage de voiture de luxe au début du XX° siècle. Le parcours de Paul Guillaume est pour le moins atypique.

En effet, c'est à l'occasion du déchargement d'une cargaison de caoutchouc destiné à la fabrication de pneus, qu'il découvre et prend possession de quelques objets en provenance d'Afrique. Dès 1911, il expose quelques uns de ces objets.

Quelque temps après il rencontre Guillaume Apollinaire, qui, déjà féru de cet art, le soutient et lui ouvre la porte d'un cercle d'initiés. Très vite Paul Guillaume prend sa place dans ce milieu et devient le fournisseur attitré d'Apollinaire. Il poursuit son activité en accroissant son stock d'objets notamment en passant de petites annonces dans les journaux destinés aux coloniaux.

En 1914, il envoie un stock de statues à New-York, pour l'exposition "Statuary in Wood: the Roots of Modern Art".

C'est aussi en 1914 que Paul Guillaume ouvre sa première galerie au 6 rue de Miromesnil, il y organise une première exposition consacrée aux peintres Larionov et Gontcharova. Apollinaire annonce dans son périodique "Les soirées de Paris", que l'on y trouve des tableaux modernes et aussi des sculptures nègres.

Mobilisé par l'armée française, il est très vite réformé pour raison de santé. C'est ainsi que, seul sur la place de Paris, Paul Guillaume continue à développer son activité de marchand d'art. Son idée de génie fut de combiner l'exposition de tableaux contemporains avec des objets d'art africain, en s'appuyant sur la valeur esthétique de ceux-ci, qui à l'époque, n'étaient regarder que comme des objets ethnographiques.

En 1917, avec l'aide d'Apollinaire, il publie "Premier album de sculptures nègres" illustré de nombreuses photographies d'objets provenant notamment de collections de ses clients.

En 1920, il épouse l'aventurière Juliette Lacaze qu'il surnommera "Domenica"

Après 1929 Paul Guillaume annonce vouloir se séparer de sa collection. Une grande partie de celle-ci fut répartie entre différents musées tels le Musée des Arts Africains et Océaniens, le Musée de l'Homme, le Musée de l'Orangerie, et ce à la suite de ce qui fut appelé "l'affaire Lacaze" à la fin des années cinquante.

Paul Guillaume est mort à Paris le 1er octobre 1934.