Art Africain info, l'actualité de l'art africain

     

Art Africain : repérer une arnaque


Dans le domaine des arts dits premiers, la relation entre un marchand et un collectionneur est absolument primordiale. Comme le rappelait Bondaz en 2015, « la confiance est un élément central dans la relation qui s’instaure: l’authenticité des objets repose avant tout sur l’expertise du vendeur et les collectionneurs doivent suffisamment lui faire confiance. » Toutefois, certains individus, peu scrupuleux et animés davantage par l’appât du gain que par la passion, usent de mécanismes douteux afin d’enrichir le pedigree de leurs pièces.

Ainsi, le discours de ce personnage et la mise en scène de l’objet qu’il propose jouent inéluctablement dans la construction de « l’authenticité ». La valeur d’une pièce est trop souvent fonction de la célébrité de tel collectionneur ou tel missionnaire. Tandis que son histoire, son identité et sa provenance géographique deviennent des éléments secondaires.


Cette pratique, très répandue dans le milieu, est reprise de façon malhonnête par des individus sans scrupules, sur des sites d’enchères ou de vente. Pensez-y, combien de fois avez-vous trouvé la provenance d’une pièce douteuse ? Combien de fois avez-vous tapé le nom de tel, soi-disant célèbre collectionneur, dans la barre de recherche de Google, sans succès? Anne-Marie Bouttiaux, chargée de recherche ethnographique au musée de l’Afrique Centrale de Tervuren depuis 1979, l’évoquait d’ailleurs en 2016. Elle décrit le pedigree comme « parfois totalement artificiel ou inventé ».


Ce microcosme de fraudeurs a compris les rouages du marché de l'art africain et s’en sert à des fins cupides. Plusieurs pratiques sont à relever et vous pouvez aisément les repérer :

  1.  Élaboration d’un pedigree inexistant :Utilisation du nom d'une personne qui porte le même nom qu'un collectionneur réputé ou un galeriste connu, mais en y ajoutant un prénom différent. En faisant des recherches le concernant sur le web, vous trouvez le collectionneur ou le galeriste, mais si vous y ajoutez le prénom vous ne trouvez plus personne. Parfois, le collectionneur est simplement présenté comme un expert reconnu de l'art africain, or, il n'en est rien.
  2. Estimation très haute d’un expert inconnu : le vendeur vous propose la pièce à un prix très bas, il s’agirait ainsi d’une véritable affaire en or, étant donné l’estimation faite par un soi-disant expert qui de surcroît n'a pas eu l'objet entre les mains (exemple: objet estimé par cet "expert" à 5.000 - 6.000 euros et finalement proposé et vendu à 450 euros sur des sites d'enchères ou de vente). Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi un vendeur offrirait une pièce si exceptionnelle à un tel prix ?

  3. Dans certains cas, ces individus élaborent un faux catalogue ou ouvrage qu'ils présentent comme un livre d'art tout droit sorti d'une maison d'édition: comment repérer qu’il s’agit d’un faux ? Le vendeur présente quelques photos de l’ouvrage, le titre est succinct, aucune maison d’édition n’est visible ou citée, les photos de l’objet sont les mêmes sur le site d'enchères ou de ventes et dans l’ouvrage, et très peu de texte y est annexé. Voyez par vous-même à quel point il est aisé de créer un catalogue photos en le faisant passer pour un livre d'art : https://www.thebookedition.com/fr/creer-un-livre ; https://www.creermonlivre.com/creer-son-livre ; https://www.imprime-ton-livre.com/ La pièce présentée acquiert ainsi une grande valeur aux yeux de l'acheteur. Cette arnaque est fréquente sur ces sites d'enchères.


En conclusion, soyez prudents, n’hésitez pas à demander plus d’informations à ces individus, à les vérifier scrupuleusement, comme la localisation de leurs « galeries », qui souvent n'existent pas, ou encore leurs identités, qui sont-ils, d'où viennent-ils, mais aussi consulter les avis laissés à leurs sujet, s'ils existent...




Par , le
Tags : #artafricain #artafricaininfo #arnaque

Revenir à la liste des articles
f0b88107-d71d-4fc5-b55a-8ee190547974